Accueil
 
Les membres
 
Le comité
 
Historique
 
Création 2016-2017
 
Dates et lieux
 
Réservation
 
Nos sponsors
 
Liens
 
Contact
 
Forum
 
Livre d'or
éclat de presse Tomeo


                   

" Rien ne ressemble davantage à un livre de Javier Tomeo qu'un autre livre de Javier Tomeo, comme l'auteur l'a amplement démontré dans la quarantaine de textes qu'il a publiés jusqu'ici. On lui pardonne cependant parce que rien, dans la littérature espagnole contemporaine, ne sort davantage du lot que n'importe lequel de ses livres.

 

J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer l'immense force intérieure qui anime Javier Tomeo, et qui inspire et imprègne l'ensemble de son projet littéraire - un projet à la fois unitaire et global, d'une profondeur extrême en dépit de sa grande simplicité -, ainsi que la maestria avec laquelle il contrôle la totalité de son œuvre. Une œuvre qui semble progresser et se développer seule comme mue par un étrange mécanisme intérieur qui l'empêcherait de s'arrêter, voire de se livrer à l'introspection, choses dont elle ne semble pas avoir besoin pour aller de l'avant, seule, étrangère aux sollicitations extérieures. Simple et profonde à la fois, harmonieuse et équilibrée, la production de Tomeo est l'une des plus singulières et originales de la littérature espagnole actuelle. "

 Rafael Conte - Courrier International

août 2001

 

 

 

Les Histoires minimales de Javier Tomeo (Espagnol, né en 1931) sont les impossibles prémisses d'une comédie minimale, particuliètr et neanmoins totale.

Une espèce de vie juste à lire constituée de dialogues et de narrations très courts où se joue la comédie humaine, une comédie humaine pitoyable et bouffonne, absurde et tragique telle une rencontre d'une Beckett et d'un Ionesco.

 

     Derrière les sacrcasmes de Tomeo, derrière la mécanique tranchante de son humour, la virtuosité de sa dialectique, il y a aussi une vraie tendresse pour les décrépits, les vaincus, les solitaires, les condamnés à la répétition et à la mort : nous-mêmes. On la retrouve dans des petits textes, des scènes de théâtre à un ou deux personnages réunies sous le titre Histoires minimales. Énigmatiques souvant, jouant avec l'absurde, la farce, la pantomime, la caricature, ces histoires grinçantes et cruelles, ces morceaux de cauchemar pourraient accompagner harmonieusement des pointes-sèches de Goya.

 

 

     Extrait d’Histiores Minimales: ii .

 

     Tomeo se plaît à dessiner [des petits personnages]sur des bouts de nappes ; les voici qui s'agitent et se répondent dans Histoires minimales. Dialogues entre un philosophe et un marmiton, un phoque et un chameau, le clown et et le dompteur, le fou et le docteur e bien d'autres créatures qui se jouent la comédie de la parole indispensable et vaine sur les tréteaux de l'absurde et de la farce.

     Lire un livre de Javier Tomeo, c'est entrer dans un monde d'une inquiétante drôlerie en compagnie de personnages dont les hoquets, les rictus et les tares ressemblent étrangement aux nôtres. Disons enfin tout le plaisir que l'on éprouve à la lecture de ces récits insinuants, semés de pièges, et rendons hommage à Denise Laroutis qui s'est, de toute évidence, délectée à les traduire.

     François Gaudry, Sud Ouest, 2 août 1992.

© 2019